Accueil Fleche-texte-grisBillets Fleche-texte-gris "Désir d'architecture, une nouvelle espèce d'architectes"
Billets
Date de publication
15/04/11

Auteur(s)
Rafaël Magrou

Référence bibliographique
Architectures Wallonie-Bruxelles, Inventaires #0 Inventories 2005-2010, p. 213

Lien
www.wbarchitectures.be/fr/publications/Inventaires__0/1/
Partager

"Désir d'architecture, une nouvelle espèce d'architectes"

Vue de Paris - Baukunst
Vue de Paris - Baukunst© Baukunst

Un point de vue voisin.

Le panorama de l’architecture belge francophone m’est demeuré mystérieux jusqu'il y a un an, lors d’une excursion révélatrice de talents et de dynamiques dans ce domaine*. Peu exportée, manquant de représentativité via des projets à l’étranger [...] et trop peu relayée par la presse internationale, cette production incarne une (r)évolution discrète mais réelle, honnête vis-à-vis de son histoire locale tout en prenant part au débat global. Le passage d’une timidité relative à une fierté assumée, dans un contexte politique particulièrement complexe.
[...]
Il existe au sein de la communauté belge francophone cette savoureuse capacité de distanciation en interne, riche de sens et d’usages.
[...]
Ainsi, vu de l’autre côté des Ardennes (de manière quelque peu naïve, peut-être), il semble exister une sorte de « principe » belge, qui vise avant tout le plaisir de concevoir, de bâtir, de renouveler les usages par le truchement d’explorations spatiales et matérielles. Un désir de devancer les autres, sans ambition outrancière, juste une envie fulgurante d’avancer, d’échanger, de progresser. Quand tout un chacun se complaît à admirer sa production, sans chercher à l’enrichir d’audacieux mais de nécessaires croisements.
[...]
Fort de cette richesse, ce mouvement déploie depuis quelques années de croustillants témoignages d’un renouveau qui peut bien servir de leçon à des pays voisins — suivez mon regard vers un hexagone contigu ! De Mons à Liège en passant par Charleroi, sans oublier Bruxelles bien entendu, ce ne sont pas les stars internationales, avec leurs mastodontes désarticulés, qui concurrencent cette finesse de conception et d’exécution inscrite dans une foi locale, puisée dans des sources diverses, tant théoriques qu’esthétiques ou encore pédagogiques, fortes d’une belle intelligence et d’une culture aux épreuves du temps et des frontières.
[...], ces équipes modestes mais fortes d’un bagage culturel particulièrement critique (forgé in situ ou dans des arpentages étrangers) s’activent à écrire une histoire contemporaine de l’architecture, un nouveau pan qui concerne notamment la communauté francophone, une page qui mérite attention et diffusion. Nous assistons véritablement à l’apparition d’une nouvelle « espèce d’architectes ». Une race évoluée cette fois-ci, qui trouve des postures alternatives à la crise, dans tous les sens du terme et qui secoue de spasmes multiples la profession, à l’échelle locale comme internationale. Elle porte une étonnante capacité de renouvellement, d’invention, d’émerveillement même. Sans perdre l’humour qui caractérise ce peuple.
D’un complexe d’existence pourrait-on dire, dans le paysage architectural international, la communauté belge francophone a su porter son regard différemment, singulièrement, pour se construire un avenir prometteur. Si elle parvient à poursuivre cette dynamique initiée, afin de rester en perpétuel éveil et jouir de cette métamorphose salvatrice.

Rafaël Magrou
est architecte, journaliste-critique et commissaire d’exposition basé à Paris. Il écrit dans l’Architecture d’Aujourd’hui, EcologiK et MARK. Parallèlement, il enseigne en studio de projet à l’École nationale supérieure d’Architecture de Paris-Malaquais et dans le programme NYC-Paris de GSAPP Columbia University.

(*) Espèces d’Architecte : manifestation organisée à Paris en 2009 par la CFWB, qui articulait expositions, entretiens, installations autour d’une lecture critique de l’actualité architecturale belge francophone.

Répertoire